L'EAU OSMOSÉE. Ses applications en       aquariophilie. Comment faire baisser le pH?
 
Page

1/1

Cette page a été conçue... pour les aquariophiles ayant une eau du robinet trop alcaline.

La raison d'être de cette page est de répondre à la question que se posent très souvent les aquariophiles au sujet du pH de leur bac qui se trouve la plupart du temps être trop élevé >6,5 pour  maintenir ou reproduire dans de bonnes conditions, des poissons vivant en eau douce et acide, tels la plupart des poissons amazoniens. En fait la question qu'ils se posent est celle-ci: je souhaite savoir comment je pourrais faire baisser mon pH.

 

Cette question  sous entend,  bien évidemment, une réponse exempte de danger ne devant pas comporter le moindre stress ou traumatisme pour la population des aquariums.

Voyons quels sont les besoins réels:

Certains poissons  pour se reproduire  ou tout simplement pour être maintenus dans de bonnes conditions, (qui limiteront les maladies et rendront leurs couleurs plus éclatantes), exigent une eau très douce et généralement acide, bien plus douce et acide que celle qu'on trouve à la sortie de maints robinets.
Elle devra être très réduite en sels minéraux, dont le  chlore sera absent, ainsi que les nitrates et phosphates, les métaux lourds, les polluants divers...  liste hélas non non exhaustive.


Si l'eau de conduite qui sort de votre robinet présente une minéralisation élevée qui s'accompagne presque toujours d'un pH élevé, c'est tout simplement parce qu'elle est bien souvent fortement chargée en sels minéraux, particulièrement sels de calcium et de magnésium.

Vous ne pourrez faire baisser le pH d'une eau fortement minéralisée qu'en diminuant au préalable cette quantité de sels minéraux qu'elle contient, et non en ajoutant certains produits acidifiants, à moins d'en ajouter des quantités hors de proportion et dangereuses puisque déjà risquées à faibles doses.
En effet le calcium joue le rôle de "tampon" c'est-à-dire qu'il interdit aux caractéristiques chimiques de cette eau de changer sous une légère influence acide par exemple d'acides humiques faibles, contenus dans la tourbe, les feuilles de chêne où les graines et l'écorce de certains arbres, etc.. C'est la raison pour laquelle maints aquariophiles sont bien souvent aussi surpris que perplexes: On leur a dit (sans autre précision) que la tourbe faisait baisser le pH de l'eau, ils ont essayé mais ça ne marche pas!!! En effet on a omis de préciser à condition que le KH/TAC/dureté carbonatée ( carbonates de calcium et magnésium) soient en dessous d'un certain seuil pour obtenir un résultat significatif.

 

Éliminons donc sans regret la solution constituant à employer les produits chimiques (vendus pour la plupart dans le commerce aquariophile sous des appellations rassurantes) qui, s'ils sont capables de résultats positifs  en ce qui concerne la baisse brute du pH proprement dite, sont à utiliser avec de grandes précautions car ceux qui sont "efficaces" utilisent des acides forts, préjudiciables à la population,  on peut même déplacer la virgule pour s'amuser un peu c'est pareil: des acides, fort préjudiciables à la population.
Avec ces produits, on génère des eaux certes possédant un pH en dessous de 7, c'est à dire chimiquement acides mais on fabrique surtout des eaux restant "dures" (KH/Tac élevé) malgré leur acidité.
Ce "genre" d'eau est artificiel, instable dans nos bacs et exige des opérations et surveillance plus à la portée d'un laboratoire de chimie que d'un aquariophile moyen.
Nous ne considérons pas les poissons comme un terrain d'expérimentation mercantile et préférons de loin les méthodes sans danger, que la nature met à notre disposition et qui  permettent d'éviter l'utilisation de produits chimiques, dont il est très difficile de bien mesurer et maîtriser toutes les conséquences, pour la population de nos bacs. Ces conséquences sont d'autant plus préoccupantes que  bien souvent elles passent inaperçues tout  en pouvant  produire des effets à retardement semblant inexplicables...allant parfois jusqu'au désastre.

                                                         I M P O R T A N T :

Pour parvenir à faire baisser le pH sans le moindre risque, il est nécessaire d'abord, de couper par mélange plus ou moins important l'eau chargée en sels minéraux dont on dispose au robinet, avec une eau n'en comportant pas (ou très peu), de façon à descendre son TAC/KH en dessous  de 5/6. Cela peut être de l'eau osmosée ou de l'eau bi-permutée ou même de l'eau distillée. Ensuite, et seulement ensuite, la tourbe , les feuilles de chêne, les fruits d'aulne auront une action efficace pour faire descendre le pH. Le dioxyde de carbone (CO2) possède lui aussi cette vertu mais son utilisation est bien plus complexe qu'il n'y paraît et présente des risques certains quand elle mal maîtrisée.

 

 L'acide humique est un "composé" naturel dont l'action tend à acidifier les eaux très douces.
En Amérique du Sud, l'Amazonie, gigantesque région forestière subit des pluies torrentielles à intervalles réguliers.
Contrairement à nos régions, les arbres qui peuplent les forêts amazoniennes perdent leurs feuilles régulièrement toute l'année et régulièrement toute l'année il s'en forme de nouvelles.
Il n'y a quasiment pas de saison où les arbres ne perdent pas de feuilles de même qu'il n'y a pas de saison où ils les perdent toutes, comme dans nos contrées.
Ces feuilles se dégradent  en permanence en produisant en continu de l'acide humique qui acidifie l'eau de pluie  ruissellant sur ces feuilles qui pourrissent sur le sol et se retrouve dans les rus et petits cours d'eau où il y a également quantité de feuilles en décomposition. Ce "mécanisme" d'acidification naturelle ne peut avoir lieu qu' en présence d'une eau très douce telle l'eau de pluie qui tombe du ciel puisque totalement exempte de sels minéraux  comme on le sait. Elle est exactement à l'opposé de votre eau du robinet qui, elle, a ruisselé et traversé bien souvent des régions calcaires se chargeant en sels minéraux avant de rejoindre les nappes profondes ou la nappe phréatique et certains cours d'eau d'où elle peut provenir.

 

Si l'on excepte l'eau distillée dont le prix est hors de portée de l'aquariophile du moins pour les quantités qui nous concernent, l'eau bi-permutée  Cati/ani capable de produire une eau déminéralisée correcte, mais d'emploi malaisé (voire dangereux pour le néophyte) surtout en ce qui concerne la régénération des résines échangeuses d'ions. L'eau de pluie qui pourrait être une solution si on était certain qu'elle n'est pas polluée (bien malin qui peut dire si les nuages n'ont pas traversé certaines zones de pollution intense), je préfère  ne pas courir ce risque.
Si certaines eaux en bouteilles possèdent des caractéristiques pouvant parfois convenir, ce n'est valable que pour une quantité utilisée très réduite, dès que le besoin dépasse quelques litres il y a avantage à se procurer de l'eau osmosée dans la plupart des magasins d'aquariophilie qui en disposent et la commercialisent. Il n'existe pas de solution "satisfaisante" autre que celle de l'osmose inverse pour la produire c'est ce dont nous allons parler ici.
 
La technique que nous évoquons met en application une propriété physiologique naturelle de certaines "membranes" soumises à une force que l'on appelle pression osmotique.
 
La "qualité" de l'eau provenant d'un osmoseur (on devrait dire osmoseur inverse) correctement réglé, (ce qui est loin d'être toujours le cas) est proche de la perfection en ce qui concerne l'aquariophilie, elle est totalement déminéralisée et pratiquement exempte de germes pathogènes.
L'inconvénient majeur de ce système est une perte d'eau très importante dans des conditions moyennes de températures et de pression de distribution par le réseau. Pour un litre d'eau pure, on rejette quatre à cinq litres d'eau impropre à l'égout, voire davantage avec certains réglages d'usine. Il existe des solutions permettant d'améliorer le débit et réduire quelque peu la quantité d'eau perdue, mais ce n'est quasiment pas à notre portée et fort probablement au détriment de la durée de vie de la membrane de l'osmoseur qui est la partie fragile et coûteuse de cet appareil.
Sur le plan écologique le résultat est quelque peu décevant : On arrive (l'été) à utiliser l'eau de déchet pour l'arrosage de son jardin ou le lavage de la voiture (quand c'est permis... Vive les soit disant mesures écologiques qui obligent  en cas de sécheresse à mettre directement à l'égout cette eau de rejet qui pourrait pourtant être utilisée) mais l'hiver l'utilisation devient de toute façon  préoccupante: Cette eau est perdue à moins de pouvoir la stocker ce qui représente parfois des quantités vraiment énormes... et bien entendu, pour ne rien arranger cette eau vous est facturée par votre compagnie des eaux.

Comment cette eau est elle produite? Voyons d'abord ce qu'est:

 L'osmose...

L'osmose est une propriété physiologique qui permet à deux substances de concentrations différentes  séparées par une membrane semi-perméable de laisser passer des "solvants" (l'eau entre autres, qui en est un remarquable!), à travers celle-ci vers l'autre plus concentrée, mais ne permettant pas le passage des substances dissoutes.
C'est la solution non concentrée (c'est à dire l'eau pure), qui est "attirée" vers l'autre solution la plus concentrée pour diluer en quelque sorte cette solution concentrée jusqu'à un point d'équilibre entre les deux solutions.
Ce phénomène est d'une importance extrême dans les cellules de nos plantes aquatiques, de nos poissons et dans celles des organismes humains aussi, bien entendu.

Une explication simple pour ne pas dire simpliste, pourrait présenter l'osmose comme le phénomène qui permet au solvant d'une solution peu concentrée de traverser une membrane semi-perméable vers une solution plus concentrée.

 

 ...et l'osmose esrevni


Si on comprime la solution concentrée, il arrive un moment où le flux habituellement transféré par osmose va se tarir: Si on dépasse la valeur de ce que l'on nomme la pression osmotique, on crée un flux d'eau qui se dirige en sens inverse du flux osmotique habituel, voila, nous y sommes: c'est l'osmose inverse.

Le principe de l'osmose inverse permet de produire de l'eau on ne peut plus douce, presque aussi douce que de l'eau distillée, exempte de presque tous les minéraux et bactéries.

       L'eau osmosée et le pH

 Maintenant, vous allez voir en quoi l'osmose concerne doublement nos poissons!

Tous les êtres vivants, (animaux et végétaux), sont constitués de cellules.  De celles-ci dépend la persistance de la vie. Ce sont, des "espaces" remplis d'une solution aqueuse contenant pléthore de substances chimiques, ces espaces sont délimités  par une membrane complexe et fragile. Ces cellules pour remplir correctement leur rôle doivent grâce et à travers leur membrane échanger, permuter, extraire et s'approprier en permanence à partir du milieu dans lequel elle baignent, différentes substances vitales.  Voir un développement plus explicite ici.  

   
Voici un osmoseur "sédentaire" pourrait-on dire puisqu'il est installé à demeure. Le dernier "récipient" tout à droite ( est le premier filtre du circuit)  Il ne  fait pas partie habituellement du système d'osmose inverse. En fait c'est un pré filtre supplémentaire que j'ai placé préventivement pour protéger la membrane, quand il y à des purges et des interventions sur le réseau que les membranes d'osmoseur n'apprécient guère.

Le système d'osmose inverse est constitué par les "contenants" blancs, comprenant deux filtres (blancs et inscriptions bleues), dont un à charbon et le compartiment osmose inverse proprement dit (le plus grand et entièrement blanc) qui contient la membrane qui fonctionne en  osmose inverse grâce à la pression du réseau de fourniture d'eau. 

Voici les constituants d'un (vieil) osmoseur:


 


Le fait que cet osmoseur soit monté fixe présente bien des avantages, il n'y a pas besoin de le brancher au réseau d'eau, avant de s'en servir, de plus, quand il est fixe, on peut lui adjoindre facilement une électro-vanne, commandée par une minuterie ou même un capteur permettant de mettre en marche et d'arrêter son fonctionnement,que l'on peut entièrement automatiser, évitant tout débordement des récipients de stockage et simplifiant bien son utilisation.

La pièce maîtresse: la membrane on la voit mal car elle se trouve sous "le grillage". Dans l'encart gauche elle est encore (enroulée) dans le corps de l'osmoseur

 

Le premier filtre de  protection physique de cette membrane il s'agit d'une sorte de feutre synthétique.

 

Ensuite vient le filtre à charbon éliminant le chlore contenu dans l'eau et en même temps protégeant la membrane de ses effets nocifs pour celle-ci.

 

 

Voici maintenant un autre osmoseur:
C'est presque le jumeau du premier, la différence avec celui ci-dessus est le débit moins important, mais on ne peut le voir sur une photo, par contre on peut remarquer l'absence de molette de réglage sur ce deuxième ce qui est assez courant car ce réglage est quasi impossible si on ne possède pas de conductimètre (appareil permettant de mesure la conductivité et par "simplification" donnant une indication sur sa minéralisation, donc de la qualité (plus ou moins minéralisée) de l'eau osmosée. Celui-ci se trouve dans une position moins "rationnelle", mais la plus souvent assez fréquemment rencontrée pour cause de simplicité.
Cet osmoseur est voyageur ou si vous préférez mobile. Cela présente une solution pour ceux qui manquent de place. On peut le placer ou le stocker facilement dans le meuble supportant l'aquarium et le déplacer ailleurs sans problème, le temps de l'utilisation à proximité d'un évier ou baignoire avec arrivée d'eau et accès à l'évacuation, ce qui évite toute intervention de plomberie, bien souvent obligatoire quand il est monté fixe.

L'osmoseur produisant de l'eau parfaitement douce, on comprend facilement qu'il soit utilisé en aquariophilie. C'est une évidence. Toutefois cette utilisation requiert un minimum de savoir faire et de connaissances de la chimie de l'eau que le débutant ne possède pas encore et qu'il devra obligatoirement acquérir avant de commencer à tenter de modifier les caractéristiques de l'eau que livre à domicile la compagnie des eaux de sa région.
 Nous ne sommes pas tous égaux en ce qui concerne les caractéristiques chimiques de l'eau qui coule de nos robinets. Elles sont fort disparates et bien souvent dures et pour la plupart plutôt chargées en nitrates. Malgré cela je déconseille formellement au tout débutant d'essayer de "bricoler" son eau, c'est loin d'être anodin.

Les recommandations contraires conseillées sur la plupart des forums, paradoxalement, sont tout à fait pertinentes si on respecte au moins les conseils ci-dessous: (c'est la raison pour laquelle je m'empresse d' apporter cette précision importante, particulièrement pour tous ceux qui lisent ces lignes sans jamais se manifester ouvertement sur notre forum et c'est bien dommage pour eux et leur population!

Abaisser le pH originel de l'eau du robinet, (c'est également valable pour la dureté) ne peut être pratiqué sans risque, sans ajouter une eau "douce" en quantité suffisante, comme il est obligatoire, (sur le plan aquariophile) mais à mon avis Il vaut mieux y renoncer si les connaissances que l'on possède au sujet de l'eau sont insuffisantes et que l'on ne sait pas trop ce que l'on fait.

Si les notions de pH, GH, KH (et même
dans une moindre mesure conductivité ) vous semblent encore bien floues, ne vous lancez pas dans ce qui sera pour vos poissons une "aventure" pouvant alors être plus risquée que bénéfique, (une erreur) pouvant même être fatale dans le pire des cas pour certains poissons...

Il vaut mieux bien mieux
(dans un premier temps tant que vous n'êtes pas encore bien familiarisé avec ces notions), choisir une population de poissons qui vivent dans la nature dans une eau présentant les mêmes caractéristiques ou voisines de celle qui sort de votre robinet, plutôt que d'essayer d'adapter l'eau qu'on possède aux besoins du poisson ou pire d'essayer "d'acclimater" le poisson à une qualité d'eau qui ne lui conviendra jamais.

 
La seule utilisation de l'eau osmosée ou d'eau de source très peu minéralisée étant utile et nécessaire pour un débutant ou plus exactement pour ses poissons est celle qui
permettra de remplacer l'eau du bac qui s'est évaporée. En effet seule l'eau pure s'évapore, les sels minéraux restent dans le bac augmentant leur concentration au fur et à mesure de l'évaporation. Si on remplaçait l'eau qui s'est évaporée par une eau dure, peu à peu, la dureté de l'eau du bac augmenterait à chaque remise à niveau.

Avant chaque changement d'eau on observe le niveau  du bac, on fait le changement d'eau, avec l'eau habituelle jusqu'au même niveau et on compense avec de l'eau non minéralisée comme dit ci-dessus. Naturellement si un appoint est nécessaire avant le changement d'eau, ce qui devrait être assez rare si vous n'avez pas un bac ouvert et si vous faites les changements d'eau aussi souvent qu'il se doit (toutes les semaines), vous ne devriez pas avoir besoin d'en mettre entre chaque changement, mais seulement au moment du changement.


Bien entendu, les aquariophiles ayant les notions nécessaires pour effectuer ces mélanges permettant d'ajuster le pH et la dureté en toute connaissance de cause sont au contraire fortement invités à les pratiquer afin d'offrir la meilleure qualité d'eau à tous les poissons.

 

L'argument souvent entendu dans la plupart des jardineries et chez quelques commerçants, celui qui consiste à dire que tous les poissons sont maintenus dans l'eau du robinet même si celle-ci ne leur convient pas, est un argument fallacieux et bien entendu sans valeur: Il y a une notion de rentabilité et c'est pour une courte durée chez le marchand qui ne vise que le bénéfice!
Dans nos bacs la notion de rentabilité est bien évidemment sans objet et la maintenance se conçoit pour une durée infiniment plus longue, enfin on peut être légitimement en droit de l'espérer!

Alors assurez à vos poissons une maintenance convenable, vous n'aurez qu'à vous en féliciter. L'absence de maladies, les somptueuses couleurs et les reproductions seront vos premières récompenses.


 

 

___________________________________________________________________________________________________________________________________

 

  

 
   
 

___________________________________________________________________________________________________________________________________

® AQUABASES.COM 1er avril 2006 et suivantes. Reproduction interdite.
Toutes les Marques et Logos sont déposés et ne sont cités qu'à titre informatif, les articles
et commentaires sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs respectifs.
 
Conditions d'utilisation, droits d'auteur, éthique du site, utilité du site et du forum: Cliquez ici.

Dernière mise à jour le 15/05/10