Le pH (ou potentiel hydrogène)
 

  Vous venez de vous procurer quelques poissons, vous avez l'intention de les transférer dans votre bac dès maintenant. Si vous plongez immédiatement vos nouveaux pensionnaires dans votre bac sans avoir pris certaines mesures "d'acclimatation" préalables, il y a de fortes chances pour qu'ils manifestent à leur façon  un traumatisme (en restant immobiles dans un coin, blottis contre une racine, cachés derrière les plantes, respirant à toute vitesse) lié au  changement et à la nature de l'eau, peut-être (chimiquement) fort différente de celle où ils séjournaient auparavant.

  Comment leur éviter ce passage pouvant leur être très pénible, parfois même fatal, les affaiblissant fortement et suscitant un terrain favorable pour le développement d'éventuelles maladies ultérieures?

  Pour ce faire il est fort utile de connaître l'une des principales caractéristiques d'une eau: celle liée à son pH.  Ceci vous permettra de comprendre  pourquoi il est absolument impératif d'habituer très progressivement vos nouveaux pensionnaires aux "particularités" de votre eau, à défaut de pouvoir leur "offrir" une eau exactement semblable à celle de leur provenance.

                              Le pH

  Rares sont les personnes n'ayant jamais entendu parler de pH.
  En aquariophilie, c'est un terme qui revient très souvent car c'est une donnée essentielle, quelquefois mal comprise.
  Cette notion est extrêmement importante pour la maintenance de notre population. Je vais donc tenter de vous expliquer simplement ce qu'est cette valeur.

   Il s'agit comme la plupart des termes utilisés pour indiquer une mesure, d'une convention reconnue. Le pH  désigne l'une des   caractéristiques principales d'un liquide: acide, neutre ou basique. L'échelle  indiquant  les valeurs du pH se situe entre 0 à 14.

   pH 0 : c'est la valeur la plus acide et pH 14 indique la valeur la plus basique (ou alcaline). Au milieu (pH 7) se situe le pH neutre, ni basique, ni acide. Dans la partie verte de la figure de gauche, vous avez les limites d'utilisation de la valeur des eaux en aquariophilie.  La fourchette utilisée se situe entre le pH 4,5  comme certaines eaux amazoniennes et pH 8,5 tel l'eau d'un grand lac africain: le Tanganyika.


Pour résumer: pH supérieur à 7 maximum 14 = pH basique ou alcalin
                   pH7 = pH neutre
                   pH inférieur à 7 maximum 0 = pH Acide

 

  

   Il est primordial de bien connaître une particularité des mesures de pH.

   L'échelle que nous venons de voir ci-dessus n'est pas une échelle linéaire mais logarithmique.
   Cela signifie, (pour les allergiques au maths) que chaque changement d'unités pour passer de 7 à 8  par exemple, indique une valeur 10 fois plus élevée, ou 10 fois moins élevée dans le cas d'un passage de pH 10 à pH 9 ou de 7,5 à 6,5 par exemple...

   Voyez le schéma ci-contre, l'unique petite barrette inférieure représente pH 7 et pour passer d'une unité à pH 8, la représentation indique dix fois plus.
   Attention pour passer à pH 9, toujours par rapport à pH 7, c'est 100 fois plus et si on voulait passer à pH 10, il en faudrait 1000 (pH mille fois plus élevé). Vous comprenez maintenant pourquoi l'introduction  sans précautions de poissons provenant d'une  eau à pH 7 dans une autre de pH 8,5 par exemple, va être sans aucun doute fort traumatisante, et parfois peut même être fatale, hélas!


Pour résumer: pH 9 est 100 fois plus élevé que pH 7 et 10 fois plus élevé que pH 8

L' évaluation du pH ou potentiel hydrogène:
 
Quand on mesure le pH, c'est le nombre d’ions hydrogène (H+) se trouvant dans la solution à mesurer, que l'on évalue plus ou moins précisément.
  En laboratoire, cette notion se mesure très précisément à l'aide d'une méthode électrique en utilisant un instrument que l'on appelle un pH mètre.

Méthode colorimétrique habituellement utilisée en aquariophilie:
 
Dans le cas d'une indication provenant d'un test colorimétrie que l'on utilise habituellement en aquariophilie, la mesure, bien que souvent suffisante présente cependant une précision aléatoire pouvant parfois varier fortement, notamment à cause de la difficulté à apprécier distinctement les différences nuances entre des couleurs et des tonalités parfois très voisines.
  Il existe cependant quelques tests se faisant remarquer par leur précision suffisante dans les applications courantes aquariophiles.
 
Le test de mesure de pH J.B.L. se situe à notre avis comme l'un des meilleurs grâce à son échelle suffisamment  "dilatée" donc appréciable. Attention, il existe deux tests J.B.L. (un utilisable pour les tests d'eau de mer) et celui qui nous intéresse en eau douce, celui-ci:

  Voici le test tel qu'il se présente sorti de son emballage. Un flacon de "révélateur" complété par 2 flacons vides dont un est utilisé pour l'évaluation du pH, l'autre utile si on utilise une eau colorée (tourbe, tannins) dans son bac permettant une comparaison. Il sera pratique d'insérer dans le support en plastique gris les deux flacons. On utilisera l'échelle des couleurs pour rechercher la meilleure concordance entre les pastilles de couleur et le liquide a tester. Une seringue permettant auparavant de prélever dans le bac très précisément la quantité d' eau à tester à laquelle on aura incorporé et mélangé trois gouttes de "révélateur".



Une échelle des couleurs suffisamment discernable, permet de définir avec une bonne précision la valeur du pH à tester même pour des individus peu habitués à pratiquer ce genre de "test".

 



C'est clair et lisible, non? 

  Pour ce qui est est des mesures du pH dans les laboratoires, il en va tout autrement. il s'agit de méthodes scientifiques (physico-chimico-électriques) donnant des résultats d'une très grande précision . Pour mesurer le pH, on utilise des pH mètres électroniques faisant appel  à un instrumentation permettant d'afficher après conversion une grandeur qu'une sonde spéciale,est capable de "détecter": la quantité d' ions hydrogène dans le milieu dans lequel elle est plongée. Ces instruments ne sont pas à la portée de l'aquariophile à cause en partie de leur très haute précision (O,OO2) engendrant un coût très élevé et de la procédure (quasi automatique de nos jours sur les instruments de laboratoire) qu'ils exigent pour donner les résultats de grande précision que l'on attend d'eux.

  Des simplifications de ces appareils sont maintenant proposées au grand public, pour la mesure courante mais cependant précise du pH, notamment en aquariophilie, pour les utilisateurs de piscine, dans les collèges  etc....Ces petits pH mètres électroniques peuvent être précis, à condition toutefois, d'utiliser les procédures de nettoyage, de conservation, d'étalonnage de la sonde avant chaque série de mesures, recommandées par les constructeurs ce ces appareils (Une électrode de pH mètre à une durée de vie inférieure à deux ans et coûte presque aussi cher que le pH mètre complet lui même! Si celle-ci pas été conservée dans la solution liquide adéquate, elle peut devenir hors d'usage en quelques semaines.)
  Le respect de ces procédures et les contraintes d'utilisation (remplacement régulier de l'électrode) sont rigoureusement indispensables pour obtenir une mesure suffisamment précise pour tous les besoins aquariophiles.
  Malheureusement, elles sont assez longues et rébarbatives. L'aquariophile lambda utilisera son pH mètre sans la rigueur nécessaire (bien souvent il n'en connaît pas la nécessité) pour obtenir des mesures fiables. De plus, se procurer des solutions de nettoyage, de conservation et d'étalonnage en petites quantités est assez difficile et onéreux. La plupart du temps, ces contraintes ne seront pas respectées à la lettre, mais le même aquariophile justifiera dans les forums, la validité de sa mesure -dont il pense pouvoir être certain de la précision-, en annonçant fièrement que la mesure a été effectuée à l'aide  d'un pH mètre électronique et possède par conséquent d'office ce label quasi magique, à ses yeux, synonyme absolument irréfutable de haute précision... grave et fausse déduction, il n'obtiendra, au mieux, qu'un résultat plus ou moins fantaisiste, parfois (souvent?) largement inférieur à celui d'un bon test liquide aquariophile, bien plus pratique et quasi instantané.

Je ne recommande pas vraiment l'utilisation pour les mesures en aquariophilie d'un pH mètre électronique. Cet appareil fournissant à mon avis bien souvent des résultats superfétatoires quand il est correctement employé et donnant des évaluations farfelues dans le cas contraire. À moins d'avoir de bons acquis en matière de mesures et de nombreuses mesures de pH précises à vérifier à la suite, (c'est assez rare, en aquariophilie non?) il se révélera inutile, peu pratique et coûteux, voire pouvant se révéler dangereux quand il est le maillon de référence commandant la chaine d'injection automatisée de dioxyde de carbone. (voir le forum).
  Si vous ne savez pas ce qu'est la précision d'une mesure à un ou deux digits et la différence qu'il y a entre la résolution de l'afficheur et la précision de l'instrument, qu'une procédure d'étalonnage vous plonge dans la perplexité, ne pensez même pas à l'achat d'un pH mètre électronique, vous le regretteriez très probablement.

  
  Ne vous fiez surtout pas à ceux qui affirment en posséder et que leur mesures sont bonnes, ce sont bien souvent les mêmes, qui ne savent même pas qu'il faut étalonner le pH mètre, avant chaque mesure ou série de mesure et conserver la sonde en permanence, dans un liquide spécial, après nettoyage avec un autre liquide, sous peine de destruction anticipée de celle-ci... Je me répète? Et bien oui, mais je crois que ça peut être utile, (pour certains)!

  Voici un exemplaire de pH mètre qui a la particularité de posséder une sonde étudiée pour une immersion permanente 24 heures sur 24 avec une électrode de masse séparée pour éviter tout phénomène d'extra courant de pertes. Ce pH mètre est doté d'une entrée différentielle. Il est très fiable et très stable dans le temps. 

En voici deux autres exemplaires, relativement bon marché pouvant être utilisés par les aquariophiles confirmés, leur rapport qualité prix est l'un des meilleurs du marché (oct. 05)

                                           

**************************

 Voir une très bonne démonstration de matériel professionnel:   ICI

**************************

Les pluies acides: Tout le monde en a entendu parler, mais c'est quoi au juste:

Chaque jour, près d'un demi million de tonnes d'oxydes
de souffre et d'azote sont rejetés dans l'atmosphère par les usines, voitures, avions, maisons etc...

Dans les nuages, avec le soleil et l'ozone, ils se transforment en acides, acide sulfurique (soufre) et nitrique (azote) et retombent sur terre quand il pleut avec les dangereuses conséquences que l'on connaît sur la nature et les hommes.

Dans les régions où l'environnement est pollué, les pluies qui retombent sont d'autant plus acides que la la pollution est importante.

Depuis la révolution industrielle, le pH "naturel" de l'eau de pluie change, l'eau est contaminée et son pH s'acidifie. Cela  prouve bien sa pollution, même sans tenir compte des poussières industrielles y contribuant également.

Oser utiliser l'eau de pluie pour nos poissons?... beurk. C'est comme si on utilisait un acide fort pour faire descendre le pH de l'eau d'un aquarium, les poissons n'apprécient guère!


_________________________________________________________________________________
 

 ACCUEIL  
 

                  
                           Copyright © 1er avril 2006 maj 11/07 AQUABASES.COM                           
Toutes les Marques et Logos sont déposés et ne sont cités qu'à titre informatif, les articles et commentaires sont publiés

sous l'entière responsabilité de leurs auteurs respectifs. Conditions d'utilisation, droits d'auteur et éthique du site: Cliquez ici.